top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurEstefanya Vazquez-Casaubon

Je sais que je sais rien


Socrate a dit un jour : "Je sais que je ne sais rien" , et oui, il semble un peu contradictoire mais l'idée va dans la bonne direction. En fait, nous ne savons pas tout sur tout, mais la limite entre la connaissance et l'ignorance n'est pas si évidente. On va illustrer avec le cadre des "connaissances" qui considère quatre domaines principaux de la connaissance : les connus-connus, les inconnus-connus, les connus-inconnus et les inconnus-inconnus. Ces quatre domaines montrent qu'il y a des choses que nous connaissons consciemment et que nous ne connaissons pas, et d'autres choses que nous connaissons inconsciemment et que nous ne connaissons pas.



Les quatre domaines de la connaissance sont des sujets très vastes et chacun d'entre eux mérite une discussion ciblée, mais nous nous concentrerons ici uniquement sur les inconnues-inconnues, ou en d'autres termes, l'ignorance invisible.




La notion d'inconnues-inconnus en psychologie est liée à la méta-ignorance, c'est-à-dire à l'incapacité de savoir si l'on est performant (qu'il s'agisse de performances exactes ou incorrectes).

Vous devez donc penser que ce sujet relève davantage du domaine de la philosophie. Alors, pourquoi en discuter ici ?


Disons que l'ignorance invisible a été un sujet d'intérêt en psychologie, car les faits montrent que les gens ne semblent pas reconnaître les lacunes de leurs connaissances et cela a des implications (positives et négatives) dans la vie quotidienne.


Dans le cas de la connaissance de nos propres actions et du jugement par exemple, si je vous demande : Connaissez-vous votre façon de conduire? Jugerez-vous votre conduite comme bonne? Savez-vous si vous êtes plus performant que la plupart des membres de votre groupe social ?

En général, la bonne réponse n'est pas aussi claire car nous avons généralement besoin de quelques lignes directrices ou d'un point de référence. La définition des bonnes, moyennes et mauvaises performances de soi-même et des autres est donc relative selon la comparaison de référence. Alors, faites une pause et réfléchissez à ce que je viens de vous dire.

Pour savoir réellement si vous êtes bon conducteur, vous devez :


- Avoir une idée claire et précise de ce que signifie réellement une bonne conduite

- Etre conscient de votre conduite à tout moment, et identifier les petites erreurs que nous pourrions commettre

- Être conscient des compétences des autres par rapport à la norme collective de bonne conduite, et par rapport à vos compétences de conduite.


Mais les choses se compliquent si l'on ajoute d'autres éléments à l'équation, par exemple, toutes les activités ne sont pas concrètes/ tangibles. Parfois, notre esprit est multitâche et nous ne pouvons pas être conscients de nos comportements réels. Et surtout, il y a un rôle des biais cognitifs à prendre en compte.


Par exemple, vous pouvez considérer que vous avez réellement de bonnes aptitudes à la conduite, mais les résultats d'un test de conduite montrent le contraire. Ils révèlent un écart entre votre estimation (perception) des performances et vos performances réelles. Cela ne semble pas très bon, n'est-ce pas ? Mais ne vous inquiétez pas, c'est plus fréquent que ce à quoi on s'attend. En effet, il est assez difficile d'avoir une estimation exacte de ses propres performances (nous ne sommes pas des ordinateurs, nous sommes des êtres humains, il n'est donc pas surprenant que nos estimations soient souvent incorrectes). L'estimation incorrecte est liée à certains des facteurs déjà mentionnés ci-dessous (internes et externes).

Mais pour être plus explicite, voyons en détail les facteurs internes et externes qui peuvent influencer et utilisons un autre exemple.

  • Les facteurs externes peuvent inclure le manque de connaissances. Par exemple, il se peut que vous n'ayez pas une définition claire d'une bonne, moyenne et mauvaise performance, de sorte que le point de référence devient flou. Par exemple, si vous pensez être respectueux de l'environnement et que vous vous considérez comme un faible consommateur d'énergie, comment savoir si votre consommation d'énergie est faible ? Vous devriez savoir combien de kilowatts vous consommez et si votre consommation d'énergie a une faible empreinte sur la planète, si votre consommation d'énergie est inférieure à celle de votre communauté... Etc.

  • Les facteurs internes sont communément appelés biais cognitifs, et disons que c'est un mélange de tout ce qui se trouve à l'intérieur et à l'extérieur.



Les biais cognitifs sont considérés comme des erreurs mentales qui se produisent lorsque vous essayez de traiter et d'interpréter les informations du monde, et ces erreurs mentales influencent votre prise de décision et votre jugement. En d'autres termes, il peut s'agir d'une réalité déformée par la façon dont vous vous souvenez et donnez un sens à quelque chose.




Les biais cognitifs ont de multiples sources d'influence. Imaginez par exemple que vous répondiez à un test mathématique et qu'avant d'obtenir votre score, nous vous demandions de l'estimer. Si vous pensez que vous êtes mauvais en mathématiques, vous pourriez être biaisé en considérant que vous avez de faibles scores en raison de vos convictions liées à votre capacité mathématique (traduit comme une faible estime de soi pour résoudre des problèmes mathématiques) . Ou bien, dans un test de conduite, si nous vous demandions d'estimer vos performances et si vous considérez que vous êtes un bon conducteur, vous pourriez surestimer vos performances et ne pas percevoir les erreurs que vous avez commises au volant. Les biais cognitifs sont comme des raccourcis mentaux qui visent à réduire les efforts cognitifs, mais cela peut être délicat. Prenez par exemple notre situation actuelle, les gouvernements sont généralement préparés contre les crises et les risques, ils ont préparé des budgets et des équipes pour faire face à de nouveaux problèmes, mais en tant que société, nous n'avons jamais été conscients qu'un virus pouvait avoir un impact important dans notre vie quotidienne, et nous avons peut-être sous-estimé sa contagiosité, ou comment il pouvait limiter nos activités quotidiennes (si nous avions su à l'avance que cela pouvait arriver et comment agir, nous aurions peut-être géré différemment).


Ainsi, pour en revenir au domaine des inconnues, le fait est qu'il est parfois difficile d'être conscient de tout ce qui nous entoure, parfois parce que nous ne pouvons tout simplement pas percevoir tout ce qui se trouve dans l'environnement, et parfois nous pouvons être aveuglés par nos propres préjugés cognitifs.



Notre meilleure chance est peut-être de nous considérer comme naïfs et de garder l'esprit ouvert, car notre monde évolue rapidement et il est difficile de suivre toutes sortes de domaines.


Mais qui suis-je pour parler, je sais juste que je ne sais rien.





 

Sources


Dunning, D. (2011). The Dunning–Kruger effect: On being ignorant of one's own ignorance. In Advances in experimental social psychology (Vol. 44, pp. 247-296). Academic Press.







34 vues0 commentaire

Comentarios


Ancre art. Stéréotype
Ancre art Culture 1
bottom of page