top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPauline Diaz

Winnie et ses ami.e.s au pays des psy



En 2015, Rachel C. Smith a publié une étude intitulée "Les personnages de Winnie l'Ourson et les troubles mentaux", qui a rapidement fait le tour de la communauté scientifique. Dans ce petit expresso un peu différent de d'habitude, je vous propose de voir ensemble ce qu'il en ressort. C'est parti !

A l'origine, Winnie l'Ourson est un personnage principal d'une série de livre pour enfants, créé par A. A. Milne en 1926. Entouré par ses amis tout aussi attachants que lui, ce petit ours-comme-ça a de nombreux fans autour du monde, surtout grâce à l'adaptation réalisée par Disney en 1977. Depuis, de nombreuses hypothèses ont vu le jour autour de cette histoire, et surtout, celle selon laquelle chacun de ses personnages représenteraient une psychopathologie différente selon les diagnostics du DSM (si vous avez suivi les derniers articles publiés, vous savez de quoi je parle *wink*).

Mais alors, qu'en est-il vraiment ?



Winnie l'Ourson - Trouble des conduites alimentaires


Alors oui, celui-ci n'étonnera pas grand monde puisque nous connaissons tous l'appétit dévorant de Winnie l'Ourson pour le miel, au point même que l'on se demanderait si cela n'est pas pathologique ! Parce que voilà, Winnie mange toujours du miel et en veut toujours plus. Et on le voit bien souvent prêt à faire n'importe quoi pour en obtenir même si c'est dangereux. Et même s'il ressent souvent de la culpabilité d'avoir autant mangé, il est toujours partant pour en avoir.


Ici, nous sommes donc sur un trouble dit dans le DSM-V, d'"Hyperphagie Boulimique". Pour premier critère, on a la présence d'épisodes récurrents de crises de boulimie (« binge eating »). Tout lui !



Porcinet - Trouble Anxieux

Ensuite le petit anxieux de la bande, notre cher Porcinet pour qui toutes ses craintes se reflètent dans son comportement. Il est très attachant quand il tente de s'exprimer en bégayant mais n'empêche que ça cache un petit quelque chose. Et oui, on le voit toujours mal à l’aise, quelque soit la situation. Il tremble constamment et a tellement peur de tout qu’il en vient à regarder toujours le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein !


On voit donc chez notre petit Porcinet tous les symptômes qui permettraient d'envisager un "Trouble Anxieux" comme on peut voir dans le DSM-V. C'est justement par cette anxiété excessive dès qu'il faut faire une activité particulière et par cette inquiétude incontrôlable qu'on peut poser ce diagnostic sur ce personnage.



Tigrou - Trouble Déficitaire de l'Attention avec Hyperactivité


Passons à Tigrou, toujours en plein forme et qui ne cesse de sauter partout, tout le temps. Il est très souvent inattentif à ce que peuvent lui dire ses ami.e.s et lorsqu’il s’exprime, il passe du coq à l’âne en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire (Cette phrase est sponsorisée par les expressions de darons). Il y a même une histoire dans laquelle tous les autres personnages essaient de le faire arrêter de rebondir car ils sont quelque peu épuisés qu’il ne puisse pas rester immobile.


Chez Tigrou on voit un véritable schéma persistant d'inattention et d'hyperactivité qui interfère avec son fonctionnement, ce qui nous laisse à penser qu’il soit atteint de TDA/H, c’est-à-dire de Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité.



Bourriquet - Trouble Dépressif Persistant

Qui ici n’aime pas ce cher bourriquet avec ses longues oreilles pendantes et son rare sourire ? Toujours à reconstruire sa cabane qui s’affaisse au moindre coup de vent, il est surtout connu pour être extrêmement pessimiste et morose, au point de dire de lui-même qu’il est pathétique. Et même les autres personnages de la Forêt aux Rêves Bleus mentionnent à quel point il est toujours sombre !

Bourriquet est, ce que l’on pourrait appeler, atteint de Trouble Dépressif Persistant selon le DSM-V, aussi appelé Dysthymie. Ce trouble est caractérisé par une humeur dépressive présente pendant la plupart de la journée, rapporté par la personne ou l'entourage.



Maître Hibou - Trouble Dys

Très souvent sur Internet, on voit le fait que Maître Hibou soit atteint de trouble de la personnalité narcissique en raison de son attitude un peu « je sais tout » mais ici, les auteurs se sont plutôt penchés sur de la dyslexie. En effet il fait très souvent des fautes d’orthographe, et se trompe dans sa lecture. Mais bien évidemment, ces difficultés n’empêchent pas Maître Hibou d’être un personnage très intelligent (car oui, l’intelligence ne se mesure pas seulement par les apprentissages scolaires !).


Ainsi, on peut dire que Maître Hibou est dyslexique, ce qui n’est pas un trouble en soi mais plutôt un symptôme du diagnostic de Trouble des Apprentissages spécifiques. Dans le DSM-V, les caractéristiques diagnostiques des dyslexiques sont qu'ils apparaissent comme des personnes brillantes, très intelligentes et éloquentes mais incapables de lire, écrire ou épeler au niveau scolaire.



Coco Lapin - Trouble Obsessionnel Compulsif


Alors Coco Lapin, c’est un peu celui qu’on aime détester vu son comportement très carré, mais que l'on aime quand même beaucoup pour être la conscience des autres. En tout cas, il est toujours très organisé, tout comme sa maison et son jardin. Il est quasiment toujours très méthodique dans tout ce qu’il fait mais tout ça n’a pas que du bon pour lui. En effet, dans une des histoires, Coco Lapin est pris, dès le réveil, d’un besoin urgent d’organiser quelque chose, au point de penser que tout dépend de lui !


Ici, il est donc clair que notre cher Coco Lapin est atteint d’un Trouble Obsessionnel Compulsif, ou TOC. Ce trouble est diagnostiqué par la présence d’obsessions (pensées récurrentes et persistantes indésirables), de compulsions (comportements répétitifs) et parfois même les deux.



Maman Gourou - Trouble d'anxiété sociale

Alors je sais qu’on parle plus souvent de Petit Gourou que Maman Gourou lorsqu’on évoque les personnages de Winnie l’Ourson, mais en plus d’être la seule figure féminine, Maman Gourou présente des comportements de phobie sociale. En effet, Maman Gourou montre pas mal de comportements anxieux face à n’importe quelle situation, et veut toujours garder Petit Gourou dans sa poche pour qu’il soit en sécurité face au monde extérieur.


Il est donc très probable qu’en devenant maman de Petit Gourou, elle est développée un Trouble d’Anxiété Sociale pour se protéger et protéger son enfant. Si on regarde dans le DSM-V, on voit que les personnes atteintes de ce trouble ont une peur très marquée par rapport à des situations sociales, et notamment aux interactions.

Jean-Christophe - Trouble dissociatif de l'identité

Enfin, nous voici à celui sans qui la Forêt des Rêves Bleus n’existerait probablement pas : Jean-Christophe. C’est un jeune garçon très gentil mais n’était-ce pas étrange qu’il soit le seul humain dans toutes ces histoires ? On pourrait dire de Jean-Christophe qu’il aurait créer tout cela ainsi que tous les personnages, probablement symboles de ces différentes personnalités.


En tout cas, Jean-Christophe pourrait être diagnostiqué avec un Trouble Dissociatif de l'Identité ; il s'agit d'une rupture identitaire caractérisée par deux ou des états de personnalité plus distincts. Cela entraine notamment des expériences de discontinuité de leur identité ou de leur mémoire qui ne sont pas immédiatement évidentes pour les autres ou qui sont masquées par les tentatives qu’ils font pour cacher leur dysfonctionnement. Et bien est-ce que ces tentatives de masquage ne seraient pas justement la Forêt des Rêves Bleus ? (Insérer ici une musique mystérieuse).



Ainsi, et comme le dit Smith, ces personnages de notre enfance montreraient donc bien des symptômes évidents de nombreux troubles psychiques courants. Et finalement, tout ça nous montre simplement que les psychopathologies sont un peu partout autour de nous, et qu’il ne s’agit pas d’un gros mot. Bien au contraire, cela nous explique que la ligne entre ce que l’on pourrait appeler la « normalité » et le pathologique est bien plus floue qu’on peut le penser.

Ce qui est sûr, c’est qu’à travers une histoire qui semble si innocente et insouciante, l’auteur de Winnie l’Ourson a souhaité pour ces lecteurs qu’ils puissent avoir une attitude moins craintive et stigmatisante envers les personnes atteintes de troubles psychiques. Et ça, c’est beau !



 

Source

Smith, R. C. (2015). Winnie the Pooh Characters and Psychological Disorders. A Honor Thesis. Ball State University. Muncie, Indiana. http://cardinalscholar.bsu.edu/handle/123456789/200123


143 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Ancre art. Stéréotype
Ancre art Culture 1
bottom of page